Foire Aux Questions

Chargement ...

L'hypnose, la transe, qu'est-ce que c'est ?


C'est un état de conscience modifiée où la personne se détend laissant ainsi son esprit conscient relativement inactif. Un état qui pourrait se situer entre la veille et le sommeil. Comme un rêve éveillé. C'est un état naturel que nous expérimentons tous plusieurs fois par jour. Il n'y a rien de magique ! Par exemple, lorsque vous lisez un livre ou un article et que vous constatez n'avoir rien retenu, ou encore, lorsque dans un transport ou lors d'une balade, vous vous apercevez que vous avez parcouru telle distance sans vous en rendre compte vous avez fait l'expérience de la transe hypnotique ! «L'hypnose n'est pas un médicament, c'est une partie de nous qui s'exprime enfin, et qui change bien plus de choses qu'on pourrait le croire en commençant l'aventure.» Docteur Constance Flamand Roze




Peut-on hypnotiser quelqu'un contre son gré ?


Non ! En aucun cas on ne peut être hypnotisé si on n'a pas envie de l'être. La coopération entre la personne et l'hypnopraticien doit être entière.




Certaines personnes sont-elles plus facilement hypnotisables ?


Dans une séance d'hypnose thérapeutique, la notion de facilité n'a pas vraiment de sens, dans la mesure où toute personne qui vient pour recevoir cette thérapie a envie, d'une façon ou d'une autre, de faire une transe, de se mettre en situation de conscience modifiée. Parfois, les premières transes (états de conscience modifiée) sont plus légères, cela s'explique par la confiance qui s'installe petit à petit entre la personne et le praticien.




Comment se déroule une séance d'hypnose ?


Tout d'abord, après les présentations, je pose des questions à la personne, je m'intéresse à ses rêves, ses envies, ses objectifs, ses motivations, sa façon de vivre, ses valeurs, en fait, elle me raconte un peu sa vie ! Nous pouvons, avec tout cela, travailler ensemble. Après une détente qui passe par le corps, l'état de conscience modifiée peut s'installer. Pendant cette transe, alors que le conscient est moins actif, je m'adresse à l'inconscient en utilisant son langage afin de suggérer des changements allant, bien évidemment, dans le sens de l'objectif premier. C'est un peu comme si je semais des graines pour obtenir de belles plantes ! L'inconscient va prendre ce qui l'intéresse et uniquement ce qui est bon pour la personne. Au bout d'un certain moment, je pratique un décompte, tranquillement, au rythme de la personne et elle se retrouve ici et maintenant, avec une impression d'avoir vécu un rêve éveillé. La séance peut durer 1 h 30 en tout, tout dépend si c'est la première fois, car la première phase doit être bien menée sans contrainte de temps. Bien évidemment, la notion de confidentialité est respectée, cela fait partie du code de déontologie des hypnothérapeutes.




L'hypnose est-elle dangereuse ?


Le fait de rêver est-il dangereux ? Non ! Eh bien, comme l'hypnose est une sorte de rêve éveillé on peut affirmer que non, l'hypnose n'est pas dangereuse ! La communication sous hypnose avec l'inconscient est parfaitement sécurisée, en effet, notre inconscient est le garant de notre écologie, il nous protège. En revanche, il est déconseillé de pratiquer l'hypnose sur un sujet psychotique




Y a-t-il des risques de ne pas se réveiller après la séance ?


Complètement impossible ! Lorsque l'on se trouve en état de transe, on reste conscient ! C'est un rêve éveillé ! Alors, c'est vrai que, parfois, on y est si bien qu'on traîne un peu pour en sortir, un peu comme quand on est sous la couette bien au chaud et qu'on met un peu de temps pour se lever ! On finit, bien sûr, par sortir du lit !




Combien de séances sont-elles nécessaires pour atteindre l'objectif ?


L'hypnothérapie fait partie des thérapies brèves, donc, a priori, en quelques séances l'objectif est atteint. En fait, tout va dépendre de la problématique (le trouble et son importance), du patient (sa motivation, son implication, ses croyances) et si la personne pratique l'autohypnose... Ce qui est à conseiller pour la pérennité du résultat ! De plus, il y a un facteur important qui est l'entraînement... Plus on s'entraîne à entrer en transe, plus c'est facile ! Donc, plus on en fait, plus on y arrive naturellement et rapidement. Les séances peuvent être espacées en moyenne de deux à trois semaines afin de permettre des remaniements au niveau de l'inconscient. Pour vous faire une idée, compte tenu de ce qui a été dit plus haut (prendre en compte les variables !) : — Estime de soi, confiance en soi, timidité : 2 à 4 séances — Perte de poids : 3 à 5 séances — Trouble tabagique : 1 à 6 séances — Phobie (par ex. avion, eau, insectes...) : 1 à 3 séances — Troubles du sommeil : 1 à 6 séances — Énurésie : 1 à 6 séances Il faut se méfier des offres alléchantes qui vous font miroiter une résolution magique en 1 séance garantie ! L'être humain est complexe, chacun est différent, notre monde est une mosaïque colorée, chaque petit morceau de cette mosaïque est unique, on ne peut donc pas standardiser une réponse thérapeutique et l'on doit prendre en compte cette multitude de couleurs. « Il faut prendre nos semblables comme ils sont et nous enrichir de leurs différences. » Un été à la diable - Daniel Boulanger




Et l'autohypnose ?


Comme l'hypnose, l'autohypnose est naturelle, la différence entre les deux est que dans le cas de l'hypnose, le praticien sert de guide à la personne qui s'autohypnose ! S'habituer à pratiquer l'autohypnose est vraiment conseillé, cette pratique participe à la pérennité du soin et bien sûr contribue au bien-être, il faut en profiter ! D'ailleurs, je prévois toujours de former à l'autohypnose les personnes qui viennent me voir. On va dire que cela fait partie de l'ordonnance !!!




Quelle est la différence entre l'hypnose thérapeutique et l'hypnose de spectacle ?


L’hypnose thérapeutique utilisée par des hypnothérapeutes a un objet tout à fait différent de celui de l’hypnose de spectacle. De plus, le cadre éthique et déontologique est bien distinct. Le spectacle c’est de l’amusement, du plaisir pour un public, c'est l'utilisation de techniques de manipulation afin d’obtenir un effet « spectaculaire ». La technique hypnotique n’est donc qu’un des outils de l’hypnotiseur de spectacle, qui en utilise d’autres pour faire croire au public que son sujet est sous son contrôle. De plus, les sujets sont soigneusement choisis pour être les plus réceptifs, en général la presque totalité de la salle reste assise sur son siège, car non sensible aux quelques techniques d’hypnose utilisées. En hypnothérapie, pas de sélection des personnes, les techniques utilisées doivent donc s’adapter à chacun. L’objectif est également bien différent, puisque c’est désormais le sujet qui est au centre des préoccupations et non le public. C’est un accompagnement vers une solution à une problématique personnelle. L’hypnothérapeute accompagne, guide son client dans sa démarche, il prend soin de lui et le cadre éthique est ici essentiel.




L'hypnose est un don ?


Non ! C'est avant tout une technique qui s'apprend, qui peut être utilisée par tout un chacun avec une certaine pratique. L'autohypnose est à la portée de tout le monde.




Que peut-on soigner avec l'hypnose ?


Voici une liste, mais elle est forcément limitée, les domaines sont si variés... — Le manque de confiance en soi, parler en public, préparer un entretien d'embauche, le trac, préparer une audition, — La mauvaise image de soi, l'absence d'estime de soi, la timidité excessive, l'hyperémotivité, — La maternité : avant et après bébé, — La perte de créativité, — Le stress, le burn-out, les pensées négatives en boucle, la déprime, — La procrastination, le manque de motivation et de concentration, — Les peurs (insectes, avion, vide...), les phobies, les angoisses et les crises de panique, — Les deuils, les ruptures, l'abandon, la tristesse, — Les douleurs, la fatigue, les démangeaisons, les verrues, l'eczéma, se ronger les ongles, — Le sommeil, — Le poids, — Certaines dépendances (tabac, haschisch, dépendance aux jeux), les mauvaises habitudes, — La jalousie maladive, — Les problèmes des enfants (+ de 6 ans) : sommeil, hyperactivité, émotivité, énurésie, — Etc. Allez voir ma page « champs d'action », j'y ai détaillé quelques thèmes.




J'ai entendu parler de l'hypnose éricksonienne, qu'est-ce donc ?


Selon l’hypnose éricksonnienne, l'inconscient contient toutes les ressources intérieures de l'individu. Et c'est en accédant à l'inconscient, par le biais de l'hypnose, que le patient peut puiser ce qu'il a besoin pour résoudre ses problèmes. Le docteur Milton Erickson, décédé à 79 ans en 1980, était un psychothérapeute de renommée internationale, mais aussi un guide, un enseignant, un ami, un artiste et un conteur et depuis son décès aux États-Unis, une légende. Il a joué un rôle prépondérant pour le renouvellement de l'hypnose. Il y a encore peu de temps, il n'était presque pas connu en France, alors qu'il a exercé une influence considérable sur certaines conceptions thérapeutiques actuelles. Notamment sur les thérapies brèves. Aujourd'hui, ces méthodes et sa philosophie sont au cœur de bien des enseignements de l'hypnose. Pour ma part, j'adhère complètement à cette façon d'utiliser l'hypnose. La vision de Milton Erickson, dont il était porteur, a trait à un sens des possibilités de l'être humain : chaque personne, quelle que soit sa situation présente, peut changer rapidement et vivre sa part de bonheur.




Et la PNL ?


Bien souvent, les hypnothérapeutes pratiquent également la PNL (programmation neuro-linguistique). C'est un ensemble de techniques de communication et de transformation de soi qui s’intéresse à nos réactions plutôt qu’aux origines de nos comportements. Elle privilégie le comment au pourquoi, propose une grille d’observation pour améliorer la perception que nous avons de nous-mêmes et des autres. Elle permet également de se fixer des objectifs et de les réaliser. C’est une boîte à outils, dont la clé réside dans le langage et l’utilisation que chacun de nous fait de ses cinq sens et de son corps. Son but : permettre de programmer et reproduire ses propres modèles de réussite. On voit bien là l'intérêt pour l'hypnothérapie ! C'est une boîte à outils que nous utilisons obligatoirement, entre autres...




Sous hypnose, suis-je manipulable, vulnérable ?


Non, l'hypnose n'est pas un outil de manipulation dans le cadre de la thérapie. La personne qui se trouve dans un état de conscience modifiée garde à tout moment son libre arbitre. D'ailleurs, ensemble, nous mettons en place un geste qui signifie « je veux sortir de la transe » — un index qui se lève, par ex. — et cela peut être utilisé à tout moment lors de la séance. On ne peut pas obliger quelqu'un à dire ou faire quelque chose qui serait en contradiction avec sa nature profonde.




L'hypnose est-elle un placebo ?


Définition de l'effet placebo

Si on veut prendre une image, l'effet placebo c'est le bisou de la maman sur le bobo de l'enfant.

Il faut différencier un placebo de l'effet placebo.

Un placebo est un médicament que l'on donne sans principe actif, mais le patient pense recevoir le principe actif. Cela induit ou non une efficacité.

L'effet placebo c'est ce mécanisme psychosomatique qui se met en place lorsque nous sommes persuadés que quelque chose va fonctionner, c'est une suggestion positive.

Quel rapport avec l'hypnose ?

L'hypnose c'est l'utilisation du positivisme, de suggestions positives en état d'hypnose, qui va provoquer des changements psychiques et physiques. Alors l'hypnose et l'effet placebo sont intimement liés.

Pour continuer un peu de science...

Vos paupières sont lourdes… Quand on pense à l’hypnose, voilà généralement la première image qui nous vient. Mais que se passe-t-il derrière vos globes oculaires, dans votre cerveau ? Ni sommeil, ni inconscience, l’hypnose est connue depuis longtemps comme un état de conscience modifiée, mais l’activité du cerveau pendant cette période restait jusqu’alors bien mystérieuse. Une étude parue dans la revue Cerebral Cortex ( https://academic.oup.com/cercor/article/27/8/4083/3056452?searchresult=1) lève le voile sur les zones du cerveau activées, désactivées et connectées entre elles lors de l’état de transe hypnotique. Les scientifiques ont concentré leurs recherches sur 36 personnes particulièrement réceptives, et 21 sujets très peu, ou pas réceptifs. Ceux-ci ont constitué le groupe contrôle, afin de déterminer ce qui appartient à l’état d’hypnose et ce qui relève d’un état différent. Grâce à l’IRM fonctionnelle, les scientifiques ont scanné quatre fois le cerveau de chacun des 57 participants : au repos, pendant une tâche de rappel de mémoire, et durant deux sessions de transe hypnotique semblables à celles utilisées en hypnothérapie. L’activité du cerveau modifiée Trois changements majeurs ont été observés lors d’un état d'hypnose. L’activité des neurones augmente dans une zone impliquée dans la concentration sur la résolution d’un problème (région dorsale cingulaire antérieure). « Cela explique qu’une personne hypnotisée soit tellement absorbée qu’elle ne se soucie plus de rien d’autre », détaille David Spiegel, l’un des auteurs de l’étude. Les échanges neuronaux sont aussi plus intenses entre deux des régions qui gèrent la flexibilité cognitive et la conscience de soi, le cortex préfrontal dorso-latéral et l’insula. Selon David Spiegel, le cerveau contrôle ainsi mieux ce qui se passe dans le corps. En revanche, la connectivité entre ce même cortex préfrontal dorso-latéral et le « réseau par défaut » est, elle, amoindrie. Ce réseau par défaut est activé quand le cerveau est « au repos ». « Même quand aucune tâche particulière ne lui est demandée le cerveau est toujours en activité. Il est donc important de connaître l’état de cet organe quand il est en veille pour pouvoir le comparer à un autre état de conscience », souligne Aymeric Guillot. La connexion plus faible entre ces zones explique que l’action et la conscience de cette action soient dissociées dans l’hypnose. « Grâce à cela, les patients peuvent envisager les choses autrement, penser et comprendre différemment. On ne change pas ce qui s’est passé, mais la perception qu’en a la personne » développe le Pr Guillot. Cela lui permet de se livrer à des activités suggérées par le praticien ou autosuggérées sans consacrer de ressources mentales à la conscience de soi.




Y a-t-il des livres recommandés pour aller plus loin ?


Je conseille bien souvent un livre qui m'a été et qui m'est très précieux : Les mots sont des fenêtres, ou bien des murs de Marshall Rosenberg. Il reste sur ma table de chevet en permanence ! Il y a aussi Derrière la Magie de Josiane Saint Paul et Alain Cayrol, très bonne approche de la PNL, outil très util pour l'hypnose. J'aime beaucoup également Un thérapeute hors du commun : Milton H. Erickson de Jay Haley. Erickson, hypnose et psychothérapie du Dr Dominique Megglé est un ouvrage, pour moi, de référence. Sinon, L'hypnothérapie pour les Nuls de Mike Bryant et Peter Mabbutt est bien fait et cela est très accessible ! Bonne lecture !





En ce moment la première séance est gratuite !

AVERTISSEMENT LEGAL :

L'hypnothérapie, ainsi que  les méthodes et techniques dont il est question sur ce site

ne remplacent ni ne se substituent d'aucune manière à un traitement médical.

© 2018 - Reproduction interdite

facebook.png

06 09 96 66 04

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now